RE2020, une nouvelle réglementation environnementale

Améliorer les performances énergétiques, réduire l’impact carbone des bâtiments… la nouvelle règlementation environnementale des bâtiments neufs « RE2020 » s’applique sur les constructions neuves  le 1er janvier 2022.

En raison de la crise sanitaire , l’entrée en vigueur de la réglementation environnementale RE2020 prendra finalement effet progressivement en janvier 2022. La RE2020 est une volonté pour le gouvernement de lutter contre le changement climatique. L’un des principaux objectifs est effectivement d’agir sur les émissions des bâtiments, du secteur résidentiel comme du secteur tertiaire. Ces deux secteurs représentent un quart des émissions nationales de gaz à effet de serre. Elle s’applique ainsi aux logements, bureaux et à l’enseignement. Les permis de construire déposés après l’été 2021 sont donc concernés par la nouvelle réglementation tandis que les bâtiments tertiaires eux feront l’objet d’un volet ultérieur.

 

La réglementation environnementale régit les performances des bâtiments neufs, tout en réduisant l’impact carbone du bâtiment. Elle minimise également les consommations du bâtiment. Pour mieux anticiper, l’État et le Conseil supérieur pour la construction avaient lancé en 2016 l’expérimentation des bâtiments à énergie positive et réduction carbone (E+C-).

 

Les bâtiments labellisés RE 2020 répondent à différents critères précise le ministère de l’Écologie :

 

  • Diminuer l’impact sur le climat des bâtiments neufs, en prenant en compte l’ensemble des émissions du bâtiment sur son cycle de vie, dès la construction. Cela permettra d’une part d’inciter à des modes constructifs qui émettent peu de gaz à effet de serre ou qui permettent d’en stocker tels que le recours aux matériaux biosourcés. D’autre part, la consommation de sources d’énergie décarbonées sera encouragée, notamment la chaleur renouvelable.
  • Poursuivre l’amélioration de la performance énergétique et la baisse des consommations des bâtiments neufs.La règlementation ira au-delà de l’exigence de la règlementation actuelle, en insistant en particulier sur la performance de l’isolation quel que soit le mode de chauffage installé, grâce au renforcement de l’indicateur « de besoin bioclimatique » (dit « Bbio »).
  • Garantir aux habitants que leur logement sera adapté aux conditions climatiques futures en introduisant un objectif de confort en été. Les bâtiments devront mieux résister aux épisodes de canicule, qui seront plus fréquents et intenses du fait du changement climatique.

Plus d’informations sur le site du ministère de l’Écologie